choix outil management visuel digital

Comment vous tromper dans le choix de votre outil de management visuel digital en 7 leçons ?

  • 0
  •  0

Vous êtes décidé : vous souhaitez déployer une solution de management visuel au sein de votre entreprise ! Les bénéfices promis répondent exactement à vos problématiques de pilotage de l’activité et de travail collaboratif. Cependant, devant le flot d’offres disponibles sur le marché, vous ne savez pas vers quel partenaire vous tourner. Dans ce billet, nous allons donc vous révéler comment choisir à coup sûr le mauvais outil de management visuel.

Comment se tromper… Leçon 1 : mal définir le projet

solution management visuel digitalLe mauvais choix d’un logiciel résulte bien souvent d’un projet mal cadré au départ. Il est indispensable de bien évaluer en interne vos besoins exacts. Lorsqu’une entreprise se lance dans le choix d’un logiciel de management visuel digital, il est fréquent qu’elle ne prenne pas le temps de la réflexion : il faut déployer l’outil rapidement. Et une fois l’outil choisi et déployé, elle se rend compte qu’il ne répond pas totalement à ses attentes, ce qui entraîne un désintérêt total pour la solution. Pour bien définir votre projet, il est nécessaire de réfléchir en terme de transformation digitale dans son ensemble.

Comment se tromper… Leçon 2 : ne pas faire de POC

Ensuite, il est indispensable de faire un POC (Proof Of Concept) avant de vous lancer définitivement avec un prestataire de management visuel. Cela vous permettra de confirmer que votre choix de solution est le bon. De plus, vous pourrez ainsi évaluer les relations avec votre partenaire : une bonne collaboration est primordiale pour la réussite de votre projet.

Comment se tromper… Leçon 3 : ne pas raisonner en terme de projet d’entreprise

outil management visuelIl est essentiel d’impliquer l’ensemble de l’entreprise dans ce projet, notamment le top management, et pas seulement le service concerné. Difficile de mener un vrai projet de transformation numérique sans impliquer la direction. Pour réussir, le projet doit s’inscrire dans une véritable vision d’entreprise.

De plus, il est possible que vous ayez besoin d’afficher des informations provenant d’autres services. Il est donc important que ces métiers soient au courant du projet. Enfin, n’oubliez pas que d’autres départements rencontrent les mêmes problématiques que vous et seront peut-être intéressés par la solution que vous comptez déployer.

Comment se tromper… Leçon 4 : ne pas impliquer le service informatique

Une autre erreur fréquente est de ne pas impliquer l’IT (le service informatique) dans le projet. Nombre de métiers pensent que la mise en place du management visuel dans leur service ne nécessite pas l’intervention de la DSI. Pourtant, cette dernière pourra vous être d’une aide précieuse pour vous épauler dans la recherche de la solution adéquate, pour la mise à disposition des données et pour la connexion à vos applications métier.

Comment se tromper… Leçon 5 : choisir le même logiciel que votre concurrent

Après avoir bien défini votre projet en amont, il est temps de passer au choix du logiciel à proprement parler. Une erreur fréquente est de choisir la même solution que tout le monde. Ce n’est pas forcément une bonne idée. D’abord, car ce n’est pas parce qu’une solution est populaire qu’elle correspond à vos besoins. De plus, il n’est pas prouvé que cet outil de management visuel s’adapte à vos problématiques ou à votre entreprise. N’hésitez donc à faire votre propre veille et à rencontrer plusieurs prestataires.

Comment se tromper… Leçon 6 : se bloquer sur le choix de l’hébergement

projet management visuelNombre d’entreprises ne savent pas quel mode d’hébergement choisir : cloud (Saas) ? serveur local (On Premise) ? La politique de votre entreprise n’est pas claire à ce sujet ? Rien ne sert de vous bloquer sur ce sujet. Avant toute chose, il faut lancer un POC (preuve de concept fonctionnel) et impliquer votre service informatique, qui saura faire les bons choix en terme d’hébergement une fois votre projet défini et le POC terminé.

Comment se tromper… Leçon 7 : choisir un éditeur qui ne fournit que le logiciel

Votre projet de management visuel pourra également se solder par un échec si vous n’avez pas le matériel adapté. Il est en effet nécessaire d’être équipé d’écrans suffisamment grands pour que toutes les informations soient accessibles. Choisissez donc un partenaire capable de vous accompagner sur l’ensemble de votre projet : enjeux, solution logicielle, équipements matériels, intégration au système d’informations, déploiement, etc.  

Vous l’aurez compris, commettre certaines de ces erreurs risque de vous mener droit dans le mur. N’hésitez donc pas à prendre votre temps pour bien définir votre projet et choisir la solution et le partenaire adapté.

 

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Management visuel connecté ou non-connecté : lequel choisir ?

Pingview & Planner (Office 365)

Pingview & Yammer (Office 365)

Affichage Excel sur écran

Créer un wallboard SQCD avec PingView et Trello

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de